Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 20:06

http://truebloodaddictdotnet.files.wordpress.com/2013/12/81st-wgyjbl-_sl1500_.jpg

Résumé : Une tache rouge sur l’oreiller, juste sous les cheveux de sa maman, morte sous les coups de son mari. Voilà ce que le petit garçon a vu, à cinq ans…
Pour survivre, Kyle se jette à cœur perdu dans la musique, que sa mère aimait tant. Vingt ans après, devenu leader d’un groupe de rock, il est célèbre dans le monde entier. Mais inapte au bonheur.

Coryn, elle, a grandi dans une banlieue sans charme. A dix-sept ans, elle tombe dans les bras de Jack Brannigan, qui fou amoureux l’épouse, mais, jaloux et violent, l’enferme dans une prison dorée. « Parce que tu m’appartiens… »
Comment ces deux êtres que tout semble séparer auraient-ils la moindre chance de s’aimer ? Pourtant, à l’instant précis où les destins s’entremêlent, chacun d’eux sait que sa vie ne sera plus jamais la même.


D’un côté, il y a Kyle, un musicien qui fait partie d’un groupe de rock. Son enfance a été marquée par un drame : sa mère tuée par son père. Vingt ans après, son enfance continue de le hanter…

De l’autre côté, il y a Coryn, une jeune femme qui s’est mariée très tôt avec Jack, sa famille l’ayant poussé dans ses bras en le prenant pour le prince charmant. Mais le prince s’est vite transformé en crapaud et sa vie avec Jack est devenue un enfer…
Ces deux êtres vont être mis sur le chemin de l’un et l’autre par la force du destin. Comment cela va changer leur vie ?

J’ai été absorbée dans ce roman de la première ligne à la dernière. Angélique Barberat a un vrai don de conteuse.

L’intrigue se déroule sur plusieurs années ce qui nous laisse bien le temps de connaitre en profondeur les personnages et de nous immerger complètement dans cet univers.

Je me suis attachée aux personnages, surtout les personnages principaux Coryn et Kyle. Ils sont tellement bien faits, tellement bien décrits. On sent un vrai travail de la part de l’auteur pour créer des personnages en relief avec leurs faiblesses, leurs peurs, leurs sentiments…

Concernant leur style, les chapitres sont plutôt courts et l’écriture est simple mais addictive, ce qui fait que les pages se tournent toutes seules. Je n’ai pas ressenti d’ennui sur quelques passages que ce soit. Chaque chapitre a son importance dans le déroulement de l’intrigue.

Ce roman aborde les thèmes de la violence conjugale, la maladie et la force de l’amour entre autres. La violence conjugale est abordée sous tous ses aspects : la peur de partir de la femme battue, la violence de l’homme dans le cercle privé alors qu’il se fait bien voir à l’extérieur. Puis le coup de trop et la fuite difficile et semée d’embûches… Là encore, j’ai trouvé que ce thème est traité de manière très juste.

La fin m’a étonné parce qu’après toutes les épreuves traversées par Coryn et Kyle, j’espérais qu’ils pourraient enfin accéder au bonheur. Puis je me suis dit que dans la vie, il n’y a pas forcément de happy end et c’est cela qui rend le roman encore plus crédible.

En résumé, c’est un roman poignant et bouleversant qui me restera longtemps en tête. Je pense que c’est un livre qui mérite d’être connu. Je vous le conseille absolument !


Michel Lafon, 426 pages, 17.95 euros

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres - dans Littérature francaise
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 21:29

http://img.over-blog-kiwi.com/0/73/57/47/20140926/ob_01b081_9782290072172fs.gifRésumé : Années 1980 : Mélodie, une jeune Cannoise, commence con journal intime. 1964 : Yann, un Français habitant New York, semble avoir laissé sa vie derrière lui. Vingt ans plus tard à San Francisco, Benoît voit son couple se déliter alors même que sa carrière de pianiste connaît une envolée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux résistants, Alceste et Agnès se découvrent amoureux grâce à leur correspondance. Celle-ci sera ouverte, un demi-siècle plus tard, par une vieille dame aux pensées habitées par les hommes qu'elle a aimés.

 

Je remercie Silvana des éditions J'ai Lu pour cette lecture.

 

Le roman s'ouvre sur le journal intime de Mélodie. Elle y raconte un morceau de sa vie dans les années 80.

La deuxième partie se déroule dans les années 60. On y suit Yann qui fait façe à une tragédie : la disparition de sa femme. Il est plongé dans un immense chagrin et pense sans cesse à se suicider mais n'y arrive pas.
La troisième partie est consacrée à Alceste et Agnès, deux résistants pendant la guerre. Pour s'organiser pendant ces mois terribles, ils s'envoient régulièrement des lettres. Au fil de celles-ci, il nait une forte complicité et un amour. 
La quatrième partie met en lumière Benoît dont la vie de couple s'estompe peu à peu. Sa rencontre avec un ancien ami de lycée va remettre sa vie en question
La cinquième et dernière partie est consacrée à une vieille dame qui fait face à des secrets enfouis depuis trop longtemps.

 

On pourrait croire à première vue que ces cinq histoires n'ont rien en commun, mais passé les deux tiers du livre, on se rend vite compte que ces destins sont liés. En effet, Frédérique Deghelt nous conte une histoire mettant en scène plusieurs personnages sur plus d'un demi-siècle. Je ne vous dirais pas quels liens relient ces personnages pour ne pas gâcher l'intérêt du roman.

 

Chaque partie a pour thème principal l'amour, traité sous différentes formes. L'écriture est simple mais une des qualités remarquables de l'écriture de cette auteur à noter absolument, c'est d'avoir réussi dans chaque partie à écrire d'un style différent et adapté aux personnages et aux époques.

 

Tout au long du roman, on ressent de l'émotion face aux situations rencontrées par les personnages, et un attachement pour eux.

 

L'auteur dit à propos du titre : "Dans un théâtre, angle de vue permettant de visualiser la perspective du décor sans déformation. C'est aussi la place d'où l'on voit le mieux le spectacle, autrefois réservée au souverain." Et effectivement, on a cette impression d'avoir une place privilégiée en tant que lecteur de pouvoir tout voir, d'en savoir beaucoup plus sur la vie des personnages qu'eux-mêmes sur leur propre vie.

 

En résumé, un livre touchant, traitant le thème de l'amour avec subtilité et intelligence. Un roman que je vous recommande !  

 

 

J'ai Lu, 382 pages, 14 euros

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres - dans Littérature francaise
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 19:21

http://www.franceculture.fr/sites/default/files/imagecache/ressource_full/2014/07/09/4880688/FOENKINOS%20David%20COUV%20Charlotte.jpgRésumé : Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C'est toute ma vie.»
Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

J’ai eu la chance de participer à une conférence de David Foenkinos au Salon du livre de Paris en mars 2014. Il était venu parler de son métier d’écrivain et présenter son nouveau livre « La tête de l’emploi » publié aux éditions J’ai Lu. A la fin de cette conférence, il avait parlé de son projet en cours : ce fameux roman sur une artiste dont sa passion pour elle tournait à l’obsession : Charlotte Salomon. David Foenkinos, en plus d’être une personne pleine d’humour et fort sympathique, sait parler de ses livres et il m’avait donné envie d’acheter son futur roman dès sa sortie, ce qui est chose faite.

Je ne sais pas si je vais arriver à écrire une chronique à la hauteur de ce roman, un vrai coup de cœur parmi les nombreux livres de la rentrée littéraire.

Ce qui frappe particulièrement quand on commence la lecture c’est le style et plus particulièrement la longueur des phrases. Chaque phrase tient sur une ligne, elles sont donc assez courtes et cela donne la sensation de fluidité, de lecture rapide.

David Foenkinos justifie la mise en page par l’oppression qu’il ressent de son obsession pour Charlotte Salomon : « … C’était une sensation physique, une oppression.
                                       J’éprouvais la nécessité d’aller à la ligne pour respirer.
                                       Alors j’ai compris qu’il fallait l’écrire ainsi. »

Respirer… Je n’ai pas eu le temps de respirer dans cette lecture. J’ai lu ce roman quasiment d’une traite, aspirée par ces mots, ces phrases et par la vie de Charlotte Salomon. J’ai eu l’impression de lire un long poème sans rimes. J’ai été saisie par l’émotion qui se dégage de ces mots et de ce destin tragique réservé aux juifs pendant la guerre.

Après avoir lu ce roman, j’ai envie de commencer des recherches pour en savoir encore plus sur cette femme et découvrir son oeuvre, cette artiste promise à une gloire certaine mais qui sera empêchée par les horreurs de la guerre.

David Foenkinos parle aussi de ses propres recherches à la première personne dans son roman. Cela permet d’en savoir un peu plus sur la manière dont il a récolté la quantité impressionnante d’informations sur la vie de cette artiste. On sent un vrai travail d’investigation dans le passé et une curiosité et une passion très forte.

David Foenkinos a réussi à rendre un très bel hommage à Charlotte Salomon. C’est une biographie toute à fait passionnante et pleine d’émotion. Ce roman confirme mon intérêt et mon attachement aux livres de cet auteur.

Finalement, je ne peux vous dire qu’une chose : lisez ce livre et vous pourrez voir par vous-même ce que j’ai essayé d’écrire…


Gallimard, 221 pages, 18.50 euros

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres - dans Littérature francaise
commenter cet article
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 20:05

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/PC/P3/9782258105546.JPGRésumé : "Vous croisez au bord d'une falaise une jolie fille ? Ne lui tendez pas la main ! On pourrait croire que vous l'avez poussée."
Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper.
A Yport, parti s'entraîner sur la plus haute falaise d'Europe, il a d'abord remarqué l'écharpe, rouge, accrochée à une clôtue, puis la femme brune, incroyablement belle, la robe déchirée, le dos face au vide, les yeux rivés aux siens. Ils sont seuls au monde ; Jamal lui tend l'écharpe comme on tend une bouée.
Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, gît sous les yeux effarés de Jamal le corps inerte de l'inconnue.
A son cou, l'écharpe rouge.

C'est la version de Jamal.
Le croyez-vous ?

 

 

Je ne vais pas faire mon propre résumé de peur de vous révéler trop de choses. Cependant, j'ai trouvé cette vidéo, accessible en flashant le QR code présent sur la quatrième de couverture, où l'auteur présente son roman et donne envie de le lire !

 

J’ai déjà lu deux autres romans de cet auteur : Un avion sans elle et Ne lâche pas ma main. Deux romans que j’avais beaucoup aimés pour leur histoire, la manière dont elles sont racontées. Michel Bussi a le don pour nous faire passer par toutes sortes d’émotions, pour nous faire aller sur de fausses pistes pour mieux nous surprendre.

 

L’histoire se déroule sur quelques jours, avec des retours dans le passé qui nous permettent de mieux comprendre le présent. L’intrigue se tisse au fur et à mesure. L’écriture est simple et entrainante. Il y a du suspens à chaque fin de chapitre, ce qui nous donne envie de vite tourner les pages pour connaitre le dénouement. De nombreux rebondissements ponctuent ce roman jusqu’à la révélation finale que j’ai trouvé surprenante et à la hauteur de mes espérances.

 

Tout au long du roman, j’ai été complètement perdue, je ne savais plus quoi penser. Des indices sont parsemés pendant au fil des pages et ce n’est qu’à la fin qu’ils prennent leur sens. Jamal était-il coupable ? A-t-il été manipulé ? Ou alors sommes-nous en tant que lecteur manipulé ? Après avoir refermé ce livre, je peux dire que je me suis sentie manipulée autant que Jamal !

 

Quand on croit enfin connaitre la vérité sur cette terrible affaire, ce n’est pas le cas. Un dernier rebondissement a tout changé et m’a convaincue du génie de l’auteur. J’ai été complètement baladée du début à la fin ! On imagine dans notre tête toutes les explications possibles à ce qu’il s’est passé, pourquoi la fille a sauté du haut de cette falaise ?  Comment l’écharpe a-t-elle pu se retrouver au cou de la jeune fille ?

 

Une ribambelle de personnages interviennent, tous apportant quelque chose et contribuant au développement de l’intrigue. Jamal Salaoui est le personnage principal. Presque l’entièreté du roman est constituée de son journal, où il nous raconte son histoire. On y découvre un personnage qui paraît fragile mais qui est plein de ressources et ne cèdera pas à la folie… jusqu’au dénouement malheureux.

 

C’est un roman dense, à ne pas faire trainer à la lecture pour ne pas risquer de perdre des indices en route.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman ! Il y a tout ce que j’aime : une intrigue bien ficelée, un narrateur attachant, des rebondissements et des retournements de situation qui arrivent au bon moment. Je vous le conseille !

 

 

Presses de la Cité, 501 pages, 21.90 euros

 

 

Ce livre a été lu dans le cadre d’une Lecture Commune que j’ai organisé sur Livraddict avec pour participants : stephanius, Flo Tousleslivres, klo, Riz-Deux-ZzZ, virgi16, Stelphique, mistigris, UnlivreUnjour, Erinael, palin, Aurelie91

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres - dans Littérature francaise
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 20:00

http://2.bp.blogspot.com/-wPGb2rM4DpI/Ubb-jUJBspI/AAAAAAAAB0Y/Cwa1BFxBzpA/s1600/mourir.JPGRésumé : Félix et Marie forment un jeune couple à qui la vie sourit… jusqu’à ce qu’ils se retrouvent soudain confrontés à la mort. Félix apprend de la bouche d’un éminent spécialiste que ses jours sont comptés. Il v d’abord s’efforcer de faire bonne figure, se prétendre de taille à affronter en philosophe un destin cruel, tout en souhaitant le bonheur de sa compagne. Bientôt, pourtant, le masque stoïque se fissure. A mesure qu’approche l’issue fatale, Félix ne veut plus admettre que Marie puisse jouir de la vie après la mort, la jeune femme devra choisir…


C’est donc l’histoire de Félix qui souffre d’un mal qui ne sera jamais évoqué explicitement. Il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Ne supportant pas l’idée de mourir seul, il demande à Marie sa compagne de mourir avec lui. Elle fait face à un choix difficile et ne sait pas quoi faire.

Ce roman a été écrit à la fin du XIXème siècle. Je trouve que cela se ressent dans l’écriture qui est assez ancienne. A cause de cela, les dialogues ne m’ont pas paru crédibles, plus particulièrement dans la première moitié du livre. Il faut dire que je ne lis habituellement que du contemporain.

J’ai l’impression d’être passée totalement à côté de ce livre. Je n’ai pas réussi à me plonger dedans. Les personnages m’ont paru superficiels, peu fouillés et on en sait d’ailleurs très peu sur eux. Je n’ai pas réussi à m’y attacher. Peut-être est-ce dû à la longueur du roman ?

La fin ne m’a pas convaincue, je l’ai trouvée plate comme le reste du roman.

Cette chronique sera finalement courte, tout comme ce roman. Je ne sais pas quoi en dire de plus.

En conclusion, un roman dont la quatrième de couverture m’avait attirée mais dont le contenu ne m’a finalement pas convaincue.


Stock, 154 pages, 7.50 euros

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres - dans Littérature étrangère
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 21:29

http://www.babelio.com/couv/CVT_Ici-et-maintenant_807.jpegRésumé : Le monde que j’ai fui est en ruines.
Nous sommes ici pour préserver l’humanité de sa destruction.
Si nous ne suivons pas les règles, tout ce qui compte disparaîtra : les amis, la famille, les rêves, l’amour.
Ethan ne doit pas connaître mon secret.
Que je ne viens pas d’un autre pays.
Mais que je viens d’une autre époque.



Je tiens à dire tout de suite que je n’ai pas lu la série Quatre filles et un jean, donc ce que je vais dire sur le travail de l’auteur sur Ici et maintenant ne pourra être mis en relation avec la série qui l’a fait connaître !

C’est donc l’histoire de Prenna, une adolescente qui vivait dans les années 2090 et qui a dû revenir à notre époque actuelle. A son époque, la Terre était devenue un enfer, le manque de denrées alimentaires était la source de nombreuses famines, des épidémies se succédaient et décimaient la population. Un voyage de retour dans le passé pour retourner à notre époque a donc été organisé. Mais ce retour dans le passé n’est pas sans conséquences. Ces humains du futur doivent se fondre dans la société actuelle et Prenna est surveillée sans cesse par des personnes considérées comme ses supérieurs. Mais sa vie va être mise en danger lorsqu’elle croise la route d’Ethan, un jeune de son âge.

Ce roman offre une vision assez pessimiste et malheureusement surement réaliste du futur qui nous attend. Si rien n’est fait pour arranger les choses, il se pourrait bien que ce roman devienne réalité pour certains aspects. Il est aussi bien plus qu’une histoire d’amour entre deux adolescents. Il y a de l’action, du suspens. Je le qualifierai de « thriller jeunesse ». J’ai trouvé l’intrigue originale par le sujet abordé et son développement.

Concernant le style, l’écriture est simple mais addictive. J’ai tourné les pages sans m’en rendre compte et à toute vitesse. Il y a ce petit quelque chose qui fait qu’on a toujours envie d’en savoir plus. J’ai cependant trouvé ce roman un poil trop court et l’intrigue n’est pas assez développée par moment. Mais au moins cela évite d’avoir plusieurs tomes !

Je me suis attachée aux personnages principaux Ethan et Prenna, qui sont déterminés à tout faire pour changer le futur, en faire un monde meilleur. Mais on en sait finalement peu sur eux, sur leur passé, ce que je trouve dommage car cela a pour résultat des personnages peu fouillés et un peu plats.

Un mot concernant le livre en tant qu’objet : la couverture est juste magnifique, le papier est agréable. Bref, un très bel objet !

En conclusion, une très belle lecture pas du tout moralisatrice, qui nous fait réfléchir et prendre conscience de ce que nous pouvons faire pour laisser un monde meilleur aux générations futures.


Gallimard, 314 pages, 16.50 euros

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres - dans Littérature étrangère
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 14:55

Je suis depuis peu sur instagram (sous le pseudo mimigogotte) et j'ai découvert un nouveau challenge proposé par Thechouille et Melcouettes.

 

Voici les explications prises du blog de Thechouille :

 

Le principe ? Prendre une Book Jar (ces fameuses boîtes dans lesquelles on pioche des petits papiers), et y insérer des petits papiers ! Mais au lieu de mettre des titres de livres, on y met des thèmes qui nous permettront de choisir un livre qui nous fait envie.

 

On peut trouver dans son article sur son blog toute une liste de thèmes pour remplir cette fameuse Book Jar.

 

Il suffit ensuite de piocher au minimum une fois par mois un petit papier et de lire un livre se rapportant au thème.

 

Affaire à suivre...

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 20:55

http://www.pagedeslibraires.fr/liv-5348-miss-alabama-et-ses-petits-secrets.jpgRésumé : Birmingham, Etats-Unis. Ex-Miss Alabama, Maggie Fortenberry a pris une grande décision : elle va mettre fin à ses jours. Elle n’est ni malade ni déprimée, son travail dans une petite agence immobilière est plutôt agréable, mais elle a trouvé malgré tout seize bonnes raisons d’en finir, la principale étant peut-être que, à 60 ans, elle pense avoir connu le meilleur de sa vie.
Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais en toute discrétion à en régler les détails.
Or, peu de temps avant de passer à l’acte, Maggie est invitée par une collègue, Brenda, à un spectacle de derviches tourneurs. La représentation étant dans moins d’une semaine, elle décide, pour faire plaisir à Brenda, de retarder l’ultime échéance.
Elle est alors loin de se douter combien les jours à venir vont être riches en secrets dévoilés et en évènements imprévus, lesquels vont lui montrer que l’existence a encore beaucoup plus à lui offrir qu’elle ne le croyait.

 
Ce qui m’a attirée au début vers ce livre dans les rayons de la librairie, c’est cette couverture que je trouve absolument magnifique ! Puis j’ai vu le nom de l’auteur et je l’ai directement acheté, cette auteur ayant été encensée par la critique pour son précédent roman « beignets de tomates vertes ». Et je comprends pourquoi !

Dès le premier chapitre, on rentre dans le vif du sujet, à savoir la mise en place des détails du suicide de Maggie. Mais un coup de téléphone va retarder son exécution... Il n’y a pas de longueurs, pas de chapitre inutile. Tous les ingrédients d’un bon roman sont réunis à savoir des personnages en relief et attachants, une écriture fluide et un bon découpage des chapitres qui donne un rythme à la lecture. L’écriture et la manière dont nous est contée l’histoire donnent envie d’en savoir toujours plus et les pages défilent à toute vitesse.

Les chapitres sont plutôt courts et alternent entre passé et présent pour mieux nous décrire la vie des protagonistes : Hazel l’ancienne patronne de l’agence immobilière qui est décédée, Ethel l’actuelle patronne qui malgré son âge ne veut pas quitter son travail, Brenda une employée de cette agence et faisant face à des problèmes de boulimie, Babs Bingington qui tient aussi une agence immobilière et qui est la rivale de Maggie et bien sûr Maggie, le personnage principal, qui a décidé d’en finir avec la vie mais son heure est-elle vraiment arrivée ? Elle va peu à peu découvrir avec ces quelques jours de sursis que la vie a encore beaucoup de choses à lui offrir. Maggie est un personnage très attachant. J’ai adoré la découvrir, en savoir plus sur sa vie.

Une fois la dernière page tournée, j’ai quitté à regret cet univers et surtout ces personnages…


Fannie Flagg est assurément une auteure à suivre. D’ailleurs, je vais me procurer son précédent roman et me tenir à jour sur son actualité !

En bref, il me reste un très bon souvenir de ce roman et je ne peux que vous le conseiller. C’est un roman empli de nostalgie où les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres.



Cherche Midi, 435 pages, 21 euros

 

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres - dans Littérature étrangère
commenter cet article
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 14:04

http://2.bp.blogspot.com/-rMsN2g5VVsI/U6UyUCPNaUI/AAAAAAAAWso/Lsiqf4qKoQU/s1600/avis+de+recherches.jpgRésumé : Comme chaque matin, Susan embrasse Alex son fils de sept ans, avant de le regarder tourner à l’angle de la rue pour rejoindre son école. Mais ce jour-là, Alex n’arrivera jamais en classe.

Fugue ? Accident ? Kidnapping ? Un enfant peut-il se volatiliser sans laisser de traces ? Quelqu’un doit bien savoir quelque chose…

Mais vers qui se tourner lorsque aucune rançon n’est réclamée ? Comment ne pas baisser les bras quand chaque piste est une nouvelle impasse ? Quand les médias se lassent et quand la police s’apprête à classer l’affaire ?
Alors que famille et amis retournent peu à peu à une vie normale, Susan, elle, s’obstine à penser qu’Alex est vivant, quelque part.

 

Ce roman a été publié pour la première fois en France dans les années 80. Une réedition par le même éditeur vient de sortir le mois dernier, c’est par cette occasion que je l’ai découvert. Il est présenté comme un roman culte aux Etats-Unis, il n’en fallait pas moins pour attirer ma curiosité.

On suit donc Susan Selky qui fait face à un douloureux évènement : la disparition de son fils Alexander. Une fois signalée, un lourd dispositif policier est mis en place ainsi que de nombreux bénévoles se mobilisent pour tenter de le retrouver. Mais retrouver Alex s’annonce plus difficile que prévu. Plus le temps passe et moins l’enquête avance… L’effectif policier mobilisé pour cette enquête diminue ainsi que la mobilisation des gens. Alors Susan se retrouve peu à peu de plus en plus seule. Mais comment une mère pourrait renoncer à chercher son enfant ? Elle s’accroche de toutes ses forces et son obstination finira par payer.

Malgré le fait que le livre ait été écrit il y a trente ans, l’écriture est tout à fait actuelle. Elle est simple, sans style particulier. Il n’y a pas de larmoyant, pas de pathos. L’histoire est racontée simplement. Malgré quelques longueurs vers le milieu du roman, l’envie de connaître le dénouement est omniprésente.

Du côté des personnages, Susan est une femme attachante, j’ai compatis à son malheur. On rencontre beaucoup d’autres personnages, qui une importance plus ou moins prononcée pour le développement de l’intrigue.

 

En conclusion, un roman avec une bonne intrigue, une écriture simple et un dénouement que l’on attend avec impatience. Je vous le conseille pour passer un bon moment !

 

 

Belfond, 353 pages, 18.50 euros

 

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres - dans Littérature étrangère
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 13:26

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41TEQ3CIGJL._SY300_.jpgRésumé : Vus de l’extérieur, ils faisaient plutôt peur, ceux de la bande à Samy, avec leurs coupes de cheveux étranges, leurs vêtements noirs, leurs piercings…
Mais le jour où les skateurs s’en sont pris au nouveau du collège, Dam, avec son physique de frite molle, c’est Samy qui s’est interposé et lui a sauvé la mise. Et c’est comme ça qu’ils se sont rencontrés, et que l’histoire a commencé. Samy a essuyé le sang qui coulait de la tempe de Dam, avec sa manche noire.
C’était la première fois que quelqu’un le touchait avec autant de douceur…

 

C’est donc l’histoire de Damien, un jeune garçon bouc-émissaire d’une bande de skateurs. Lorsqu’ils reviennent le harceler, Samy, de son vrai nom Samuel, assiste à cette scène et défend Damien.
Il commence alors une histoire d’amitié entre Damien et Samuel qui va peu à peu devenir plus que de l’amitié.

Damien est un jeune homme avec un physique frêle, fragile, mal dans sa peau. Depuis qu’il est né, il ne se sent aimé par personne, y compris ses parents qui lui préfèrent sa sœur. Il a toujours été souffre-douleur de quelqu’un. Sa rencontre avec Samuel va lui permettre de revivre. Mais attention, ce roman ne se limite pas à une histoire d’amour entre deux garçons, c’est beaucoup plus que ça. Ce livre parle aussi de mal-être, de souffrance.

Après avoir lu tant de billets enthousiastes sur ce roman, je m’étais décidée à l’acheter et à le lire sans trop le faire traîner dans ma PAL… C’était il y a plus de six mois. J’ai enfin pris le temps de le lire. Et je ne regrette absolument pas… Je ressors complètement sonnée de cette lecture.

Concernant le style, il est assez particulier. Il n’y a pas de tirets de parole, pas de chapitre. Tout s’enchaîne assez vite. Il faut d’ailleurs rester attentif tout au long de la lecture pour ne pas perdre le fil. Une fois habituée à cette écriture assez rapide, franche, le roman se lit tout seul. Je l’ai d’ailleurs lu d’une seule traite. Je me suis alors pris une grosse claque, par l’intrigue, par le personnage de Damien qui est d’ailleurs terriblement attachant.

L’auteur nous propose deux fins : une fin tragique, horrible, presque malheureusement logique à la situation de départ et une deuxième fin totalement différente, presque incroyable après tant de souffrances. J'ai d'ailleurs tout de suite fait le rapprochement avec le magnifique film Elephant de Gus Van Sant, qui est dans le même ton. Dans la deuxième fin, Samuel dit d’ailleurs ceci : « J’avais l’impression bizarre d’être passé à un cheveu de la catastrophe ». Et c’est tout à fait ça. On comprend alors que tout se joue à peu de choses dans la vie.

Je ne saurais retranscrire avec des mots la sensation que j’ai eu lorsque j’ai refermé ce livre.

En conclusion, un roman fort, avec une écriture efficace, à lire d’un seul souffle pour en profiter au maximum. Je ne peux que vous encourager à lire ce livre, qui vous marquera obligatoirement d’une façon ou d’une autre.

 

Le Rouergue, 103 pages, 9.70 euros

Repost 0
Published by mimigogotte-et-les-livres - dans Littérature francaise
commenter cet article

Présentation

  • : mimigogotte et les livres
  • mimigogotte et les livres
  • : Quelques mots sur les livres lus, aimés ou pas, finis ou abandonnés... Retrouvez-moi aussi sur instagram : mimigogotte
  • Contact

En ce moment, je lis ...

Recherche

Les Challenges

 

 

 

challenge-blackmoon

illimité
2 livres lus

 

 

challenge100livrespreferes

illimité
2/100 titres lus    

Archives